MMA Mobile Marketing Association France

S'inscrire à notre newsletter
Suivez l'actualité du mobile marketing :

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Publications

3 questions à Jules Minvielle, fondateur de Mozoo

29/09/2017

Fondateur de Mozoo,Jules Minvieille revient sur le rachat d’AdInCube et le repositionnement du groupe dans le métier de  la monétisation d’audience.

Un nouveau départ pour Mozoo avec le rachat d’AdInCube ?  

 

JM – Mozoo est depuis le début de la décennie un acteur de la publicité mobile mais nous avons effectivement décidé d’abandonner nos marques Surikate ou Numbate, ainsi que nos activités de trading desk, pour nous concentrer dans la monétisation des inventaires des éditeurs d’applications.   Malgré une équipe commerciale réduite, AdInCube a connu un formidable succès depuis deux ans. Mais nous comptons aller encore plus loin, en le déployant partout en Europe mais également aux Etats-Unis et en Asie tout en multipliant les synergies techniques ou commerciales.

 

Mozoo devient un SSP ?  

“Adincube est bien + qu’un SSP, c’est une technologie d’optimisation des revenus publicitaires, qui permet aux éditeurs d’applications de mettre en concurrence des annonceurs à la performance avec des sources de demandes programmatiques (DSP) via notamment un meta SDK englobant les principaux SDK du marché”   Contrairement au header bidding, qui se limite à mettre en concurrence les seuls acteurs de l’univers RTB travaillant au CPM, notre technologie agrège également les annonceurs à la performance, qui fonctionnent au CPI ou au CPC, en calculant un E-CPM prédictif.   Avec le nouveau Mozoo, les éditeurs disposent ainsi d’un seul SDK, embarquant les SDK des autres AdNetworks, d’un seul dashboard, qui centralise voire challenge les données d’impressions et d’un seul interlocuteur financier, qui collecte l’argent en prélevant une commission, dont le montant est connu à l’avance. Nous serons un véritable tiers de confiance.

 

Outre la transparence financière, les éditeurs réclament toujours plus de qualité de la part des annonces. Allez-vous vous positionner sur ces métiers ?  

Notre priorité porte effectivement sur la monétisation d’audience et la transparence des flux financiers avec de très nombreux partenaires commerciaux.   Mais nous avons conscience que la qualité des annonces est également un sujet pouvant impacter ces revenus. Nous travaillons déjà sur le contrôle des bannières ou la détection des autoredirects et nous proposerons prochainement d’autres technologies à nos partenaires, sur notre plate-forme.   Avec la transparence, la qualité est effectivement un sujet important et tout le marché doit désormais s’engager à adopter les bonnes pratiques.