MMA Mobile Marketing Association France

S'inscrire à notre newsletter
Suivez l'actualité du mobile marketing :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Publications

3 questions à Guillaume Laporte, co-fondateur de Destygo

30/03/2018

CEO et Co-fondateur de Destygo, une plate-forme de conception et d’hébergement de chatbots, disposant de sa propre technologie NLP, et travaillant avec de grandes entreprises du secteur du tourisme telles que Oui.sncf, la RATP, Aéroports de Paris, MisterFly ou encore Thalys.
Destygo ?
Après une première expérience professionnelle dans le tourisme, mes associés et moi avons pris conscience, avec le lancement de Messenger Platform en Mai 2016, qu’il existait une véritable opportunité de révolutionner notre secteur.
D’une part parce que les voyageurs ont une contrainte de temps, ils sont parfois dans l’urgence avec un train qui s’en va, un avion qui décolle, un check-out à l’hotel, et ils ne peuvent pas se permettre d’attendre 24 heures la réponse d’un support client par mail.
Et d’autre part parce que les acteurs du tourisme souffrent de l’intermédiation de grosses plates-formes de réservation, et veulent retrouver une relation directe avec leurs voyageurs.
Les chatbots sont-ils smart ?
Ce n’est pas forcément la même intelligence que les humains. Mais l’intelligence artificielle peut désormais tolérer certaines digressions dans une conversation, déceler une intention dans une suite de caractère ou décider de réorienter vers un humain, si la conversation n’est pas fluide.
Destygo a d’ailleurs développé sa propre technologie d’intelligence conversationnelle avec ses propres algorithmes NLP de compréhension du langage. Cela nous place en concurrence avec des géants du numérique comme les GAFA mais nous pouvons y faire face en nous spécialisant dans une verticale comme le tourisme.
Quel ROI pour un chatbot ?
Ces interfaces sont plébiscitées par les voyageurs, notamment les millenials. Nous sommes passés de plusieurs centaines de conversations par jour au printemps 2017 à plusieurs milliers au printemps 2018 et nous pensons que nous allons encore décupler ces audiences d’ici l’année prochaine.
Nos clients sont très motivés à l’idée d’innover, en testant ces nouvelles interfaces conversationnelles, mais peuvent également  avoir un ROI positif, en réduisant les temps d’attente ou en améliorant leur volume de transaction en ayant recours aux chatbots.
Les taux de rétention des utilisateurs de chatbot sont très bons et je pense que ces interfaces conversationnelles, écrites ou orales, vont se généraliser, dans les messageries instantanées bien sûr, mais également au sein des sites et des applications.