MMA Mobile Marketing Association France

S'inscrire à notre newsletter
Suivez l'actualité du mobile marketing :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Publications

3 questions à Matthieu Daguenet, directeur général de Vectaury

02/03/2018

Directeur général et co-fondateur de Vectaury, Matthieu DAGUENET revient sur la genèse et le modèle de développement de Vectaury, un spécialiste du drive to store et des technologies au service des commerçants.

La story Vectaury ?

MG – Vectaury répond à un problème fondamental : comment accompagner 90% de l’économie mondiale, c’est à dire tous ces retailers qui n’ont pas d’outils aussi performants que les e-commerçants

Avec mes associés, nous avons découvert que les déplacements dans le monde physique en disent beaucoup plus sur les gens que leurs déplacements dans le monde digital. Notre métier c’est de collecter les données de géolocalisation, de les sublimer puis de les restituer aux retailers pour les aider à attirer des visiteurs dans leurs points de vente.

Pour y parvenir, nous collectons les données directement depuis notre SDK, embarqué dans plus de 8 millions de smartphones, ou via notre DSP au travers de bid requests publicitaires. Notre DMP contient ainsi 25 millions de profils, actionnables et activables en France, et bientôt 250 millions à l’échelle européenne.

Comment concilier performance et privacy ?

MG – Il y a un énorme enjeu sur la donnée de géolocalisation qui est susceptible d’être une donnée personnelle si elle est conciliée avec d’autres informations. Il faut clairement répondre aux préoccupations des utilisateurs en étant transparent sur l’identité des entreprises ayant accès à leurs données, et les mesures prises par ces entreprises pour effectuer un traitement de manière raisonnée. La loi actuelle et le RGPD prévoit le principe du « traitement loyal » des données personnelles, duquel découle notamment l’obligation de ne traiter que les données nécessaires aux finalités pour lesquelles le responsable a obtenu le consentement. »

Avec notre nouveau bandeau, l’utilisateur sait qui nous sommes et à quelle fin nous réalisons cette collecte. Il bénéficie d’un droit d’opposition et peut à tout moment la désactiver, sans que cela ait un impact sur l’utilisation de l’application.

Avec le RGPD, plus personne ne peut ignorer la contrainte juridique et ne pas appliquer une législation désormais européenne. Mais Vectaury a réalisé de gros investissements avant même la publication du RGPD pour s’assurer que la collecte, le traitement ou le stockage des données respectaient scrupuleusement la législation. Après la mise en conformité à la loi Informatique et Libertés puis le RGPD ayant exigé 2 ans et demi de R&D en interne et un accompagnement spécifique de la CNIL, Vectaury a su mettre la privacy au service de sa performance.

 

Le Drive to Store : un marché arrivé à maturité ?

MG – Le drive to store a effectivement le vent en poupe et beaucoup de prestataires proposent des solutions permettant d’activer le device mobile pour faire venir des gens en point de vente. Mais la question de la performance de ce canal se pose encore.

Si nous sommes effectivement capables de savoir si quelqu’un a vu une publicité et si il s’est rendu en point de vente, il reste un gros travail pour mesurer la contribution exacte du flyer digital qu’est devenu le mobile.

La donnée de géolocalisation permet d’ailleurs de mesurer l’impact d’autres médias comme la télévision, la radio ou l’affichage et Vectaury, qui est une retail tech, est en mesurer d’offrir cette vision holistique aux commerçants.